Le Portail des Hommes Libres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-50%
Le deal à ne pas rater :
Casque Pro Gaming HyperX Cloud Alpha Noir et Rouge à moitié prix
49.99 € 99.99 €
Voir le deal

D’où vient tout ce chômage ?

Aller en bas

D’où vient tout ce chômage ? Empty D’où vient tout ce chômage ?

Message  Azul Jeu 23 Mai - 11:16

Au cours des années de mon cursus universitaire en Algérie, j’ai entendu des profs et des profs nous parlaient sur le chômage et ses effets néfastes sur l'économie mais cela restait en théorie et sur les tableaux de classes comme c’est toujours le cas dans des universités.

Le chômage un fléau national contre lequel le gouvernement n'a pas de solution Cependant, je n'ai pas beaucoup entendu parler de la cause du chômage des jeunes Algériens et notamment les jeunes diplômés ! Selon le BIT (Bureau International du Travail), est chômeur toute personne (de 15 ans ou plus) qui remplit les critères suivants (INSEE): "Être sans travail", c’est-à-dire ne pas avoir d’activité, même minimale, pendant la semaine de référence. "Être disponible pour travailler", c’est-à-dire être en mesure d’accepter toute opportunité d’emploi qui se présente dans les quinze jours, sans qu’une tierce obligation soit une entrave au retour à l’activité. "Rechercher activement un emploi, ou en avoir trouvé un qui commence ultérieurement". Le taux de chômage = chômeur au sens du BIT/ population active.

En lisant un article du journal El Watan et grâce aux données avancées, étant confiant de l'honnêteté intellectuelle de l'auteur, j’ai compris qu’il y’a une autre raison qui peut être la source de ce taux de chômage exorbitant dans le milieu des jeunes diplômés. De quoi j'en parle ici !

Selon l'ONS, le taux de chômage des jeunes (16-24 ans) au dernier trimestre de 2010 atteint 21.5%. Malheureusement, ces données avancées sont en décalage de plus de 7 trimestres. On ne va rentrer dans le débat de l’authenticité de ces données car cela risque de prendre un article complet. Le pire en tout ça est que le taux de chômage touche davantage les universitaires et plus particulièrement les diplômés où le taux de chômage de la population n’ayant aucun diplôme est estimé à 7.3% et touche 21.4% des diplômés de l’enseignement supérieur (11.1% chez les hommes et 33.6% chez les femmes).

Ces chiffres peuvent donner du vertige à tout économiste compétant et conscient des conséquences d’un tel chômage sur l’économie et cela peut apparaitre très choquant aux regards des profanes qui, en général ne comprennent pas trop les rouages économiques, se demandent, en l’occurrence, comment un tel fléau peut toucher autant de jeunes remplis d’ambitions et de forces morale et physique ?

Une Question très légitime ! Néanmoins, il faut bien analyser la structure de ce problème, le chômage. J’ai remarqué que Mr Y. Bellache a passé sous silence radio un lien qui peut expliquer au moins une partie de ce chômage à savoir la formation universitaire de ces jeunes diplômés qui se trouvent au sans travail à la fin de leurs études. Il faut le signaler dès maintenant pour éviter toute maladresse, ces jeunes chômeurs sont des victimes d’un système usé et mal orienté vers le monde du travail.

Personne ne peut nier le fait que la situation, financière, morale…, d’un chômeur est très alarmante et tout l’entourage de la personne en question est affecté par le malaise de ce jeune homme (jeune femme) qui cherche vainement un travail pour s’émanciper. Cependant, il ne faut pas trop pleurer sur son sort si on est la véritable cause. Chaque fois qu’un bateau coule, le capitaine est remis en cause, voir coupable. Cela dit, je me tacherai d’analyser uniquement un seul point qui m’intéresse et que je veux mettre en avant car il y a beaucoup d’autres causes qui sont liées de près ou de loin à ce chômage de jeunes diplômés !

Si on regarde bien le taux de réussite lors de ces dernières épreuves du Baccalauréat, toutes disciplines confondues, on s'aperçu que ce taux s'est nettement amélioré voir exploser notamment depuis la promotion 2007/2008. Est-il un succès qui nous rend tous fiers des exploits de l’école algérienne de ces dernières années ? Bien sûr que non ! Comme chacun a pu le constater de près ou de loin, le niveau de cette «nouvelle génération» s’est nettement dégradé par rapport aux générations postérieures. Par ailleurs, il faut le signaler sans y attendre, cette décadence résulte de la volonté des pouvoirs publics où on a vu le président A. Bouteflika qui demande publiquement de faire promotion des filières littéraires au Bac, une chose qui s’est soldée par un succès sans précédent de ces dernières. Cette baissasse du niveau trouve aussi ses racines dans la décadence du système éducatif depuis la fin des années 60 (Cf, Lounis Aggoun, La colonie française en Algérie ; 200 ans d’inavouable).

Donc, il y a quelque chose qui cloche ici ! Pour quoi on a laissé un accès si facile, voir libre, vers des études universitaires, dites supérieures ? Cette question peut éclairer un peu la compréhension de ce que je veux expliquer dans cet article. Cependant, dans le contexte de cet article, je peux dire que cela a permis de retarder simplement et silencieusement l'arrivée de tous ces jeunes au marché du travail qui n'existe pas encore, en l'occurrence ! Cependant, le problème est dans cette stratégie de retardement voulu ! Parce qu’une fois que ces jeunes sont admis à l'université et vue le faible niveau acquit ultérieurement au Bac, la grande partie de ces nouveaux bacheliers s'oriente vers des formations simples qui n’exigent pas beaucoup d’efforts, le langage courant de ces jeunes qui veulent réussir leurs études sans aucun ombre de doute, pour valider une année universitaire qui n’a rien avoir en réalité avec une année universitaire tel qu’on les connait en France ou ailleurs (en comparant seulement le nombre de semaine du calendrier universitaire). Voilà le vrai problème ! Ces formations ne correspondent pas vraiment aux besoins du marché.

Dans le même rapport de l’ONS, cité ci-dessus, on trouve une chose qui confirme clairement ce que j’ai avancé jusqu’ici. En fait, le chômage touche notamment les diplômés en Lettres et arts (27.3%) et en Sciences sociales, commerce et droit (28.7%). Comme vous pouvez le constater, ces deux branches représentent 56% des jeunes diplômés au chômage. Cela peut s’expliquer par le fait que ces formations en Lettres et Arts ont une finalité de recherche ou d’enseignement mais l'offre dépasse largement la demande car y’a peu d’enseignants qui quittent leur postes assez jeunes d'où toute cette "masse" de nouveaux diplômés qui se trouvent au chômage !!! On trouve aussi d’autres formations qui n'orientent pas forcément vers l'enseignement tels que Banque et Finance, Droit... Mais le chômage de cette catégorie de diplômé est expliqué par la nature du tissu économique de l’Algérie qui n’est pas basé sur les services, comme le cas des pays développés avec 75% du PIB, donc un faible taux d’embouche et plus de chômage. Dans ce même rapport on trouve aussi une catégorie qui est touchée mais moins que les deux précédentes à savoir les diplômés en Sciences (18.1%). Très facile à expliquer aussi. Il n’y a pas une industrie fleurissante en Algérie qui peut absorber ces talents.

Au final, on voit bien que le problème ne réside pas seulement, sans le nier pour autant, dans l’économie algérienne qui n’a pas su utiliser les capacités de ces jeunes. Mais il est urgent de revoir et de redéfinir, en collaboration avec les organismes compétents, la politique de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur. Il faut aussi améliorer l’intégration des jeunes diplômés dans leurs métiers avant qu’ils aient leurs diplômes et cela peut se faire avec des stages de langue durée et même avec l’intégration de l’entreprise au sein de l’université (inviter des professionnels à participer à la formation des jeunes). Il est aussi nécessaire de créer des formations professionnelles dans certains domaines afin de couvrir leur déficit en main-d’oeuvre qualifiée. Il y a une réalité qui ne doit pas être niée ou occulté à savoir qu’avec le faible niveau qu’offre l’université algérienne, les jeunes diplômés auront du mal à trouver un travail digne de leurs sacrifices car une fois sur le marché du travail, ils découvriront qu’ils sont assez limités…

Nabil de S’Biha

N.B : Le titre est relativement comparable à celui du livre d’Ernst Wagemann, D'où vient tout cet argent ?.

Azul
Azul

Nombre de messages : 29572
Date d'inscription : 09/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

D’où vient tout ce chômage ? Empty Re: D’où vient tout ce chômage ?

Message  Azul Jeu 23 Mai - 11:16

http://www.lematindz.net/news/11778-dou-vient-tout-ce-chomage.html
Azul
Azul

Nombre de messages : 29572
Date d'inscription : 09/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

D’où vient tout ce chômage ? Empty Re: D’où vient tout ce chômage ?

Message  Azul Sam 3 Jan - 19:44

Aokas triste
Azul
Azul

Nombre de messages : 29572
Date d'inscription : 09/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

D’où vient tout ce chômage ? Empty Re: D’où vient tout ce chômage ?

Message  Azul Dim 2 Fév - 18:12

Aokas triste
Azul
Azul

Nombre de messages : 29572
Date d'inscription : 09/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

D’où vient tout ce chômage ? Empty Re: D’où vient tout ce chômage ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum