Le Portail des Hommes Libres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Fnac : 15% de réduction sur toutes les TV de 55″ est plus
Voir le deal

Algérie. Les libertés malmenées à la veille des élections

Aller en bas

Algérie. Les libertés malmenées à la veille des élections Empty Algérie. Les libertés malmenées à la veille des élections

Message  moi Mer 29 Mar - 19:03

Algérie. Les libertés malmenées à la veille des élections
Rosa Moussaoui
Vendredi, 24 Mars, 2017
L'Humanité
Des conférences littéraires, des débats publics et des rassemblements syndicaux sont frappés d’interdiction.
À l’approche des élections législatives, prévues le 4 mai, et dans une atmosphère d’interminable fin de règne, le pouvoir algérien est pris d’une inquiétante fièvre répressive. Particulièrement visés, des intellectuels et des écrivains, avec une série de conférences littéraires interdites depuis le début du mois de mars. Le 18 mars dernier, cette censure frappait Kamel Daoud, l’auteur de Meursault, contre-enquête, qui devait rencontrer des lecteurs à Bouzeguène, en Kabylie. L’écrivain a appris, le 17 mars, l’interdiction de la conférence. « C’est quelque chose de désolant. Interdire à un écrivain de parler à son public, c’est tragique », a-t-il réagi. Autre écrivain censuré, Younès Adli, qui devait participer début mars à une conférence à Aokas, dans la même région. Le centre culturel où devait se dérouler l’événement a été encerclé par la police pour en barrer l’accès, à la surprise des autorités locales. Le sort réservé à l’écrivain Karim Akouche, qui vit au Canada, est plus énigmatique. Venu présenter son livre la Religion de ma mère, il raconte, dans les colonnes d’El Watan, avoir été sommé de quitter le pays par « des barbouzes actionnés par le régime ». Les manifestations culturelles ne sont pas le seul terrain de cette guérilla contre les libertés. Le 21 mars, des syndicalistes du Snategs (Sonelgaz, entreprise nationale d’exploitation du gaz), affiliés à la Confédération générale autonome des travailleurs algériens (CGATA), ont été arrêtés alors qu’ils préparaient une manifestation à Tizi Ouzou. La police a bouclé les accès à la ville pour empêcher tout rassemblement. Les huit syndicalistes interpellés, puis relâchés, ont été arrêtés de nouveau, mercredi, à Béjaia, où devait aussi se dérouler une manifestation. L’un d’entre eux, Mellal Raouf, a été tabassé par les forces de police.
moi
moi

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 30/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Algérie. Les libertés malmenées à la veille des élections Empty Re: Algérie. Les libertés malmenées à la veille des élections

Message  moi Mer 29 Mar - 19:04

http://www.humanite.fr/algerie-les-libertes-malmenees-la-veille-des-elections-633851
moi
moi

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 30/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum