La grande révolte des stades algériens

Aller en bas

La grande révolte des stades algériens

Message  Azul le Mer 12 Sep - 17:25


[size=41]La grande révolte des stades algériens,


Par
 Marie Blary

[/size]

1.5K
PARTAGES
[size]
[/size]
1.5K
[size]





Dans les stades algériens, les jeunes entonnent des chansons révolutionnaires contre les autorités. Une chronique de Marie Blary 
Les stades se sont transformés en tribunes pour des jeunes qui ne rêvent plus que d’immigrer à l’étranger. Les slams traduisent le malaise d’une jeunesse étrangère dans son propre pays et expriment l’envie d’une vie plus digne. Sur fond de totale impuissance face aux gouvernants.
Toutes les interrogations de l’Algérie sont passés au crible, avec un degré de culture politique qu’on ne soupçonnait guère chez ces jeunes algériens révoltés: le cinquième mandat, la maladie du président, la dictature, la crise du logement, le chômage, la corruption, l’impunité, l’histoire falsifiée de l’Algérie, la décennie noire, le fléau de la drogue, la liberté de Chakib Khalil, l’ancien ministre du pétrole de Bouteflika qui a échappé à des poursuites judiciaires par le seul fait du prince.
« Des villas à Paris »
La frustration des jeunes apparait dans la plupart des parole. Le traind e vie d ela nomenklatura algérienne à l’étranger est vivement mise en cause.
« L’Algérie a été vendue depuis longtemps et vous vous êtes partagé le gâteau et vous vous êtes offerts des villas à Paris».
Ce sont les enfants de harkis qui ont vendu l’Algérie et le pauvre citoyen algérien est locataire dans son propre pays,
Ils nous enfoncent dans la misère et nous manipulent : nous ne pensons plus qu’à la survie et à nourrir nos enfants,
Qui est à l’origine de nos maux ? Le pouvoir en est responsable,
La seule issue, c’est l’immigration clandestine,
Si je m’en sors à Malaga, je ne reviendrai jamais
Je deviendrai dealer de drogue à Barcelone,
Laissez nous partir, vous qui avez trahi les fellaga,
L’Algérie est un énorme piège à pauvres, je n’en peux plus de système, 
Comment voulez vous que je reste sobre ? »
Adieu l’Algérie !
Tous les clubs algérois ou presque ont leur chanson antisystème et la concurrence est rude . Le CRB par exemple critique la longue absence du président :
« Je n’ai pas pu vivre avec la mafia,
Le président en charrette et les jeunes ivres morts à longueur d’année,
J’irai en Angleterre, adieu l’Algérie,
Ils ont venu le pétrole et nous ont laissé dans la misère »
Même son de cloche pour Wided Boufarik :
« Le président et son frère et sa chaise roulante sont absents,
Sellal est à Paris, Belkhadem au cabaret et Chakib Khelil à Miami
Said à Naples »
Cette jeunesse révoltée annonce-t-elle une implosion géénrale?[/size]
avatar
Azul

Nombre de messages : 18997
Date d'inscription : 09/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande révolte des stades algériens

Message  Azul le Mer 12 Sep - 17:26

https://mondafrique.com/la-grande-revolte-des-stades-algeriens/
avatar
Azul

Nombre de messages : 18997
Date d'inscription : 09/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum