Le Portail des Hommes Libres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -45%
SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo Switch 128 ...
Voir le deal
23.75 €
Le deal à ne pas rater :
Pack PlayStation : Spider-Man Miles Morales PS5 + Manette DualSense ...
99.99 €
Voir le deal

Étudiants francophones : polémique au Canada

Aller en bas

Étudiants francophones : polémique au Canada Empty Étudiants francophones : polémique au Canada

Message  Azul Lun 29 Nov - 10:26

Étudiants francophones : polémique au Canada
Par
Assia HB
Publié le: 27 nove. 2021 à 20:37
Lecture 3 min
Faire des études au Canada et en particulier au Québec est devenu depuis quelques années le rêve de milliers d’étudiants francophones africains. Néanmoins, pour étudier au Québec, ces étudiants doivent systématiquement passer par le ministère fédéral de l’Immigration du Canada (IRCC). Mais obtenir un permis d’études de la part de celui-ci est loin d’être un chemin sans obstacle.

En effet, Radio Canada indique ce samedi 27 Novembre 2021 que le taux de refus des étudiants francophones issus des pays africains tels que l’Algérie, le Togo, le Sénégal ou encore la République démocratique atteint les 80% tandis que des étudiants originaires de la France, du Royaume Uni ou d’Allemagne obtiennent leur permis d’études sans la moindre difficulté, rapporte Radio Canada ce samedi 27 novembre.

Acceptés par le Québec mais refusés par Ottawa
Des établissements scolaires et des universités au Québec s’interrogent sur les refus auxquels se heurtent ces étudiants francophones africains puisqu’ils n’arrivent pas à les expliquer.

En témoigne le professeur du département d’anatomie de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Mathieu Piché, qui explique à Radio Canada comment des étudiants francophones se sont vu refuser leur permis d’études par le ministère fédéral d’Ottawa bien qu’ils avaient initialement reçu l’approbation du Québec.

À l’instar de cette université, le Cégep de Thetford affirme auprès de la même source, qu’une centaine d’étudiants de l’Afrique francophone ont été également refusés par Ottawa malgré leur acceptation par ledit Cégep.

Des refus en masse mais sur quelle base ?
Si le Canada souhaite encourager l’immigration francophone, pourquoi autant de refus pour des étudiants non seulement francophones mais aussi hautement qualifiés ?


Les lettres de refus renvoyées par IRCC ne semblent pas être convaincantes puisque la raison qui revient sur l’échantillon publié par Radio Canada n’est rien d’autre que « Je ne suis pas convaincu que vous quitterez le Canada à la fin de votre période de séjour ».

Toutefois, un autre facteur ne peut être ignoré pour expliquer le taux de refus élevé pour ces étudiants francophones africains. Il s’agit de l’outil informatique Chinook utilisé par le ministère fédéral de l’Immigration au Canada.

Le quotidien d’information Le Devoir expliquait vendredi dernier comment cet outil a été développé sans surveillance légale et comment le taux de refus ne cesse d’augmenter depuis son implémentation en Mars 2018.

De plus, il convient de noter que Chinook qui est censé donner plus d’efficacité aux agents d’immigration ne conserve aucune trace des notes qui motivent l’acceptation ou le refus des étudiants candidats, rapporte Le Devoir.

Suite aux différentes déclarations et dénonciations, le Québec a demandé des explications à Ottawa qui est persuadée que ses agents d’immigration utilisent les mêmes critères pour traiter les demandes de permis d’études et insiste que sa démarche ne fait preuve d’aucune discrimination ou racisme envers les étudiants francophones africains, rapporte Radio Canada.

Enfin, d’autres études et statistiques à venir pourraient confirmer ou au contraire démentir l’absence de la discrimination dans le traitement des demandes de permis d’études mais en attendant, les étudiants francophones africains ne se laissent pas décourager et continuent à déposer leurs dossiers auprès de l’IRSS.
Azul
Azul

Nombre de messages : 29682
Date d'inscription : 09/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Étudiants francophones : polémique au Canada Empty Re: Étudiants francophones : polémique au Canada

Message  Azul Lun 29 Nov - 10:26

https://www.visa-algerie.com/etudiants-francophones-polemique-au-canada/?fbclid=IwAR1wXoEOv5a7owkmKBTbX_9AHThBA1FUFV4Js2kTBAxLCq3fysual3WsCug
Azul
Azul

Nombre de messages : 29682
Date d'inscription : 09/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Étudiants francophones : polémique au Canada Empty Re: Étudiants francophones : polémique au Canada

Message  Azul Lun 29 Nov - 10:33

Refus massif d’étudiants africains francophones : Ottawa accusé de « discrimination »
Immigration Canada utilise un système informatique opaque pour analyser les multiples demandes de permis d’études, ce qui provoque la colère d'élus québécois.

Justin Trudeau et François Legault.
Le gouvernement du Québec veut comprendre pourquoi Ottawa refuse massivement les demandes de permis d'études d'Africains francophones qui souhaitent venir au Québec.

PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / PAUL CHIASSON


Partagez via Facebook (Fenêtre modale)

Partagez via Twitter (Fenêtre modale)

Partagez via LinkedIn (Fenêtre modale)

Partagez via Courriel (Fenêtre modale)

Activer l’option d’impression du navigateur

Afficher les commentaires
Romain Schué (accéder à la page de l'auteur)
Romain Schué
hier à 23 h 24
« C’est très grave », lance le député du Bloc québécois Alexis Brunelle-Duceppe.

M. Brunelle-Duceppe ne mâche pas ses mots contre le gouvernement de Justin Trudeau et contre Immigration Canada, qui refuse massivement les demandes de permis d’études déposées par des étudiants étrangers francophones, principalement en Afrique, qui souhaitent venir au Québec.

« Ça n'a pas de bon sens. Encore une fois, c’est le Québec qui écope. Ce sont les francophones qui écopent. Et ce sont des étudiants africains qui écopent. »

— Une citation de Alexis Brunelle-Duceppe, député du Bloc québécois
Le taux de refus des demandes destinées au Québec est nettement plus élevé que celles déposées dans les autres provinces canadiennes, a appris Radio-Canada. Ce taux atteint ou dépasse même les 80 % dans certains pays d'Afrique francophone.

Pour gagner du temps dans l’analyse de ces dossiers, les agents d’Immigration Canada utilisent depuis 2018 un système informatique nommé Chinook. Celui-ci résume automatiquement diverses informations du demandeur dans une feuille de calcul Excel.

Or, c’est depuis l’implantation de cet outil que l’écart s’est creusé entre le Québec, qui reçoit majoritairement des demandes de candidats francophones, et le reste du Canada.

Une situation inacceptable, selon le gouvernement Legault
Le système Chinook était largement méconnu jusqu’à tout récemment. Son fonctionnement a été dévoilé à l'occasion d'une poursuite judiciaire qui impliquait le ministère fédéral de l’Immigration.

Assurément qu’on est devant une situation de discrimination. Je ne vois pas comment on pourrait penser le contraire, affirme Alexis Brunelle-Duceppe.

Sur les réseaux sociaux, le chef du Bloc québécois a utilisé des termes similaires.

« Si Québec pratiquait une fraction de cette discrimination contre quiconque ne parle pas français, on se ferait traiter de racistes par Justin Trudeau. »

— Une citation de Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois
Le gouvernement du Québec ne cache pas, lui non plus, son vif mécontentement. Après avoir tout d'abord demandé des clarifications, le ministre provincial de l’Immigration, Jean Boulet, a haussé le ton contre Ottawa après la diffusion du reportage de Radio-Canada.

À ses yeux, ces taux de refus massifs sont inacceptables et discriminatoires.

« C’est important pour moi d’enquêter. Si on a besoin de redresser le tir, il faut le faire rapidement. »

— Une citation de Jean Boulet, ministre québécois de l’Immigration
[Cette situation] me préoccupe énormément. Je vais parler très rapidement avec mon nouvel homologue [Sean Fraser]. Il faut connaître les véritables motifs [de ces refus], assure-t-il. Le gouvernement du Québec et nos institutions font énormément d’efforts de recrutement d’étudiants internationaux francophones; donc, j’ai besoin de savoir.

La ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, assure quant à elle avoir déjà communiqué avec Ottawa sur ce sujet. En vain. À l'époque, on avait transmis une lettre au ministre de l'Immigration [Marco Mendicino] pour lui dire que, vraiment, il fallait que ça change, déclare-t-elle.

Nous avons besoin de ces étudiants, explique-t-elle. On a besoin qu’Ottawa modifie sa façon de faire.

« On est très conscients du problème. il y a quelque chose qui nous apparaît très problématique. Les données qu’on a nous inquiètent. »

— Une citation de Danielle McCann, ministre de l'Enseignement supérieur
Le Parti québécois a adopté un point de vue identique : Si Immigration Canada voulait nuire aux efforts du Québec pour attirer des étudiants francophones dont on souhaite qu’ils s’établissent ensuite ici, il n’agirait pas autrement , dénonce la députée Méganne Perry Mélançon.

NPD, PCC et Bloc sur la même longueur d'onde
Cette situation est intolérable, juge avec véhémence le chef adjoint du Nouveau Parti démocratique (NPD), Alexandre Boulerice.

« [Ce système] semble bel et bien faire de la discrimination systémique. Nous demandons des correctifs rapidement et plus de transparence de la part du ministère. »

— Une citation de Alexandre Boulerice, chef adjoint du NPD
L’immigration provenant de pays francophones est essentielle pour protéger le fait français au Québec, soutient de son côté le député du Parti conservateur, Alain Reyes.

Azul
Azul

Nombre de messages : 29682
Date d'inscription : 09/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Étudiants francophones : polémique au Canada Empty Re: Étudiants francophones : polémique au Canada

Message  Azul Lun 29 Nov - 10:33

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1843320/immigration-refus-etudiants-africains-francophones-trudeau-discrimination?fbclid=IwAR1BUd_CFdSkE9QNeESXkiBQuX5ND1Pu-6VQTt1hopmBf4Z_3HO4fn_waPM
Azul
Azul

Nombre de messages : 29682
Date d'inscription : 09/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Étudiants francophones : polémique au Canada Empty Re: Étudiants francophones : polémique au Canada

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum