Le Portail des Hommes Libres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-44%
Le deal à ne pas rater :
REALME C21 64 Go Cross Black
109.91 € 196.57 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Fnac : 15% de réduction sur toutes les TV de 55″ est plus
Voir le deal

Affaire de l’écrivain interrogé à Tipaza : « Il n’appartient pas à la police d’interroger des écrivains au sujet de leurs croyances religieuses »

Aller en bas

Affaire de l’écrivain interrogé à Tipaza : « Il n’appartient pas à la police d’interroger des écrivains au sujet de leurs croyances religieuses » Empty Affaire de l’écrivain interrogé à Tipaza : « Il n’appartient pas à la police d’interroger des écrivains au sujet de leurs croyances religieuses »

Message  laic-aokas Mer 8 Mar - 22:03

Affaire de l’écrivain interrogé à Tipaza : « Il n’appartient pas à la police d’interroger des écrivains au sujet de leurs croyances religieuses »

12:08  mercredi 8 mars 2017 | Par Hadjer Guenanfa | Actualité 

Affaire de l’écrivain interrogé à Tipaza : « Il n’appartient pas à la police d’interroger des écrivains au sujet de leurs croyances religieuses » Anouar-rahmani-714x400
Crédits photo : Facebook - Anouar Rahmani ©

Human Right Watch (HRW) a appelé, ce mercredi 8 mars, le procureur de la République à abandonner « l’enquête criminelle pour blasphème » ouverte à l’encontre du jeune écrivain Anouar Rahmani, pour son roman publié en 2016.
« Les autorités algériennes devraient protéger la liberté d’expression et prendre immédiatement des mesures pour abolir la loi sur le blasphème », écrit l’ONG.  Sa directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord, Sarah Leah Whitson, estime qu’il « n’appartient pas à la police d’interroger des écrivains au sujet de leurs croyances religieuses ».
Interrogé par HRW, le jeune romancier a affirmé avoir déjà fait l’objet de « menaces et de campagnes de dénigrement sur Internet et dans les médias algériens pour avoir défendu la communauté LGBT, critiqué le recours à la religion pour restreindre les droits humains et pris la défense des minorités religieuses sur son blog, le Journal d’un Algérien atypique ».
« Le plus grand blasphème, c’est de croire que Dieu puisse être offensé par un roman, et qu’il est si faible qu’il a besoin d’être défendu par la police », a déclaré Anouar Rahmani à Human Rights Watch.
laic-aokas
laic-aokas

Nombre de messages : 14183
Date d'inscription : 03/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Affaire de l’écrivain interrogé à Tipaza : « Il n’appartient pas à la police d’interroger des écrivains au sujet de leurs croyances religieuses » Empty Re: Affaire de l’écrivain interrogé à Tipaza : « Il n’appartient pas à la police d’interroger des écrivains au sujet de leurs croyances religieuses »

Message  laic-aokas Mer 8 Mar - 22:03

http://www.tsa-algerie.com/20170308/affaire-de-lecrivain-interroge-a-tipaza-nappartient-a-police-dinterroger-ecrivains-de-leurs-croyances-religieuses/
laic-aokas
laic-aokas

Nombre de messages : 14183
Date d'inscription : 03/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum