Deux ans après la répression d’une marche organisée par les citoyens d’Aokas,  une localité de la wilaya de Bejaia, à 300 km d’Alger, pour protester contre l’interdiction d’une conférence d’un linguiste et militant berbériste,  la petite ville côtière est toujours sur  le pied de guerre.