Québec - Un Kabyle à Montréal : "Je suis franchement déçu du Québec. J’étais bien en Algérie"

Aller en bas

Québec - Un Kabyle à Montréal : "Je suis franchement déçu du Québec. J’étais bien en Algérie" Empty Québec - Un Kabyle à Montréal : "Je suis franchement déçu du Québec. J’étais bien en Algérie"

Message  folle le Mer 24 Sep - 17:13

Québec - Un Kabyle à Montréal : "Je suis franchement déçu du Québec. J’étais bien en Algérie"
samedi 14 février 2009
Une chronique de Rima Elkourisur le parcours d’immigrés kabyles, Sabrina et Hocine.
Rappelons que le premier objectif de la politique d’immigration du Québec est la pérennité de la langue française. Les immigrants maîtrisant cette langue sont donc recherchés. La réalité, toutefois, est qu’il est pratiquement impossible d’obtenir un emploi à Montréal à moins de maîtriser aussi l’anglais. Après tout, on est en Amérique du Nord.
Comme dit Hocine : « On nous parle de la loi 101, de la protection de la langue française. Mais vous allez partout, on exige le bilinguisme ! »
Les difficultés rencontrées par certains immigrants dans leur recherche d’emploi tiennent probablement en grande partie à leur manque de maîtrise de l’anglais. Mais aussi... à la réticence d’employeurs potentiels craignant d’être en butte à des demandes d’accommodements sans fin. Salles de prière, bains de pieds, adaptation de l’uniforme, refus de manipuler les produits du porc... Voir : Québec - La charia fait son entrée dans une entreprise de Blainville
Aux candidats immigrants du Maghreb, prenez bonne note du témoignage de Hocine : « L’espoir d’une vie meilleure ? Hocine y croit de moins en moins. « Je suis franchement déçu. J’étais bien chez moi... »

***

Quelques extraits de la chronique :
D’Alger à Anjou
Même si l’intégration à l’emploi est difficile, il y a plein de choses que Sabrina et Hocine apprécient dans leur pays d’accueil. La société algérienne est plus codifiée, observent-ils. Ici, l’individu a une plus grande liberté. En tant que Berbères, ils ne s’ennuient pas de la persécution culturelle dont ils étaient victimes en Algérie. Allergiques à tout dogme religieux, ils ne s’ennuient pas non plus de l’omniprésence de la pression religieuse. Le couple se dit parfois surpris de voir que certaines choses qu’ils ont fuies les rattrapent ici. « Que des gens importent des barrières dans un pays libre, je ne comprends pas ! » dit Sabrina.
Sabrina et Hocine ont beaucoup entendu parler depuis leur arrivée du débat québécois sur les « accommodements raisonnables ». Ils en pensent quoi ? « On ne peut pas demander au contenant de prendre la forme du contenu », dit Hocine, philosophe, en pointant sa tasse. « Si on met du café dans un verre, c’est le café qui doit prendre la forme du verre. Moi, je suis le café. »
Sabrina raconte que dans l’entreprise où elle travaillait à Alger, elles n’étaient que deux femmes à ne pas porter le voile. « La deuxième est aussi rendue ici, à Montréal ! » Elle se pose de sérieuses questions quand elle voit des femmes voilées ici. « Je n’ai pas fait 6000 km pour vivre comme là-bas. »
Voir aussi :
La production en masse des victimes, par Jean-Jacques Tremblay
Canada - Le Canada est dénoncé pour ses "exactions" envers les minorités. Avis aux aspirants immigrants
Québec - Un adepte de la religion d’amour parle aux Québécois : “bande de connards, primates, écervelés, débauchés, ineptes, racistes, voleurs…”
Intégration des musulmans dans la Belle Province, par Jean-Jacques Tremblay
Québec - Yasmine Alloul : "Les Maghrébins refusent de travailler au Québec. Ils ne sont pas victimes de racisme"
Marc Lebuis.éditeur du site web Point de bascule Canada ;L’entrée de la Charia dans une usine de Blainville
Voir en ligne : D’Alger à Anjou, Rima Elkouri, La Presse, le 14 février 2009

Répondre à cette brève

6 Messages de forum


  • Québec - Un Kabyle à Montréal : "Je suis franchement déçu du Québec. J’étais bien en Algérie" 14 février 19:41, par G. Roy.
    Quel témoignage touchant ! Je souhaite à Sabrina et à Hocine la bienvenue et de trouver du travail la hauteur de leur potentiel.
    Peut-être auraient-ils aussi la force de combattre avec nous les accommodements religieux qui risquent de détruire notre cohésion sociale. Un grand nombre de québécois en sont convaincus. Il faut désormais que les gouvernements suivent, qu’ils soient sans peur et courageux, pour les proscrire.
    Répondre à ce message
  • Québec - Un Kabyle à Montréal : "Je suis franchement déçu du Québec. J’étais bien en Algérie" 14 février 22:16, par Marc Lebuis
    Voici des extraits d’un commentaire écrit par notre collaborateur d’origine algérienne Jugurten sous la brève : Québec - Yasmine Alloul : "Les Maghrébins refusent de travailler au Québec. Ils ne sont pas victimes de racisme"
    Le nombre de marocains et algériens qui travaillent au noir est impressionnant.
    Il existe quelques agences spécialisées en la matière et j’ai eu l’occasion de le constater personnellement. Les maghrébins ne sont pas les seuls à préférer cette forme de rémunération bien entendu, mais en sondant un peu la composante humaine qui attend dans la salle d’attente, j’ai constaté que la différence entre les postulants maghrébins et les autres (pakistanais, haitiens, bangladechis, latino américains..) est frappante. Les premiers affirment tous détenir un diplôme universitaie, parler parfaitement le français et assez bien l’anglais. Les seconds sont sans qualifications, parlent à peine quelques mots d’anglais et pas du tout le français, à part les haïtiens.
    Parmi ces maghrébins, bon nombre n’ont jamais cherché un emploi. Ce sont en général des nouveaux arrivants (entre une année et trois années de présence au Québec). La majorité travaillent plusieurs années de cette façon avant de se tourner vers les prêts et bourses. Ils retournent aux études, tandis qu’une vague de nouveaux arrivants prend leur place.
    L’université de Montréal, l’École Polytechnique, l’UQAM et l’ETS sont beaucoup fréquentées par les maghrébins, ce qui est une bonne chose en soi. Ils se rendent à l’évidence que seul un diplôme québécois peut leur ouvrir les horizons de l’emploi. La grande majorité d’entre eux dépassent déjà les 35 ans en arrivant. Ils perdent 2 à 3 années dans le travail au noir, exploités par des agences sans scrupules, souvent tenues par des arabes (orientaux ou maghrébins) également. Ils mettent ensuite 2 à 3 années sur les bancs de l’université. Ils sortent à 40-45 ans, dans l’espoir de concurrencer les jeunes québécois et autres immigrants de 25 ans, sortis dans les mêmes cohortes, sans parler de ceux qui sont déjà sur le marché du travail, avec de bonnes expériences locales. Leurs chances de décrocher vite un emploi de plus de 40 000$/an sont alors très minces.
    Je porte ici un jugement très favorable aux maghrébins, évacuant une totale responsabilité à la fois de ces personnes et des employeurs. En dehors de toute considération, je pense que les maghrébins sont défavorisés de nature (âge, différence de culture, différence d’attitude face aux employeurs, différences dans le style de recherche d’emploi, émotivité à fleur de peau...). Si j’en rajoute, ma foi, c’est la catastrophe. En effet, je ne comprends pas, avec tous ces handicaps naturels, comment les maghrébins en rajoutent d’autres de leur propre gré. En plus d’embaucher des cadres de 45 ans sans expérience, de culture différente et d’attitude méconnue, les entreprises doivent bien les payer, leur accorder des accommodements religieux, s’attendre à des plaintes pour harcèlement moral, faire attention à ce qu’aucun autre employé ne leur dise un mot déplacé.... C’est trop de contraintes. Les maghrébins doivent réduire la liste de leurs exigences et travailler un peu sur eux-mêmes pour atténuer leurs handicaps naturels.
    Répondre à ce message
  • Québec - Un Kabyle à Montréal : "Je suis franchement déçu du Québec. J’étais bien en Algérie" 15 février 02:27, par Helios d’Alexandrie
    « Que des gens importent des barrières dans un pays libre, je ne comprends pas ! » dit Sabrina. « On ne peut pas demander au contenant de prendre la forme du contenu » dit Hocine, philosophe, en pointant sa tasse. « Si on met du café dans un verre, c’est le café qui doit prendre la forme du verre. Moi, je suis le café. » Elle (Sabrina) se pose de sérieuses questions quand elle voit des femmes voilées ici. « Je n’ai pas fait 6000 km pour vivre comme là-bas. »
    Sabrina et Hocine font preuve d’une politesse et d’une délicatesse extrêmes, c’est leur façon de dire : "ils sont fous ces québécois !" Ce qui est évident pour un immigrant qui cherche sincèrement à s’intégrer ne l’est aucunement pour les multiculturalistes de la trempe de Bouchard et Taylor, de tels propos n’auraient été accueillis qu’avec mépris par nos commissaires.
    Sabrina ne comprend pas que des gens puissent importer des barrières dans un pays libre, mais ces barrières, chère Madame, nos élites les bénissent et les aspergent avec l’eau bénite de la tolérance et du vivre ensemble, plus elles sont élevées plus le Québec sera félicité pour les avoir accepté.
    Plus il y a de niqabs, de burkas, de polygamie, de violence conjugale, de cafétéria halal, de discrimination sexuelle et de prêches haineux dans les mosquées, plus les québécois seront considérés comme un peuple ouvert et tolérant.
    Pauvre Sabrina qui croyait fuir le fanatisme islamique et qui le retrouve au Québec protégé sanctifié et revigoré par tout ce que la province contient d’idiots utiles : Bouchard, Taylor, Duceppe, Coderre, David...
    Sabrina et Hocine devraient poursuivre les gouvernements du Québec et du Canada pour fausse représentation, on leur a dit qu’ils immigraient dans un pays libre et voilà qu’ils constatent que ce pays se laisse dépouiller de sa liberté et ne cherche aucunement à la préserver pour les générations futures.
    Helios d’Alexandrie
    Répondre à ce message
  • Québec - Un Kabyle à Montréal : "Je suis franchement déçu du Québec. J’étais bien en Algérie" 10 mars 20:01, par Kabyleaussi
    Sabrina et Hocine ne représentent que Sabrina et Hocine, c’est toujors du n’importe quoi avec Ses Maudits Kabyles, Hacha li mayastahalch , sachant que je viens moi même d’une famille kabyle et heureusement que les kabyles ne sont pas tous pareil. Vous êtes dégoutants.
    Répondre à ce message

    • Québec - Un Kabyle à Montréal : "Je suis franchement déçu du Québec. J’étais bien en Algérie" 10 mars 22:08, par Helios d’Alexandrie
      c’est toujors du n’importe quoi avec Ses Maudits Kabyles, Hacha li mayastahalch
      Les kabyles que je connais ne sont pas des colonisés religieux, ils ont conservé intacts leur liberté de penser par eux-mêmes et leur capacité de jugement, ce sont des gens sensibles et dignes, c’est pourquoi ils se méritent le respect et l’admiration.
      Il faut avoir l’esprit détraqué par l’islam pour proférer les insanités citées plus haut, ils faut également mariner longtemps dans la honte et la frustration pour se permettre d’insulter des gens aussi civilisés.
      Si l’immigration apporte au Québec des gens comme Sabrina et Hocine qui sont une véritable richesse sur le plan humain, en revanche elle apporte des individus du même type que "Kabyleaussi" dont le Québec aurait pu se passer et qui malheureusement assombrissent son avenir.
      Helios d’Alexandrie
      Répondre à ce message
    • Québec - Un Kabyle à Montréal : "Je suis franchement déçu du Québec. J’étais bien en Algérie" 11 mars 01:43, par Jugurten
      Les kabyles algérianistes sont des dhimmis, même musulmans. Ils viennent au Québec non pour s’affranchir de l’arabo-isamisme avant tout, mais pour qu’on leur serve sur un plateau des emplois fortement rémunérés et des postes prestigieux. C’est encore une forme de suprématisme.
      Je me demande comment des kabyles avilis, opprimés et spoliés de leur culture et de leur langue peuvent se montrer déçus au Québec. En Afrique du nord, les berbères ne peuvent même pas donner un prénom non arabe à leur progéniture. Ils ne sont bien considérés que s’ils taisent leur origine autochtone et se montrent musulmans zélés.
      Sous ces conditions, ils peuvent même avoir des postes de ministres. Les kabyles algérianistes (ayant porté allégeance à l’état arabo-islamique algérien) souffrent du syndrome de Stockholm et ne semblent même pas en être conscients. En venant au Québec, ils ramènent dans leur valise l’idéologie qui les a tant opprimés dans ce qu’il croient être leur pays (Algérie).
      Je donne le bénéfice du doute à tous les kabyles vivant dans Le pays arabo-islamique d’Algérie. Les lois, la culture, la religion, la langue dominante les ont asservis et ils ne peuvent rien faire. Mais au Québec, je suis intraitable avec les kabyles dhimmis, qui tiennent à leur algérianité au sens communautaire du terme et qui déclarent avoir bien vécu en Algérie, alors que leur existence y est niée et combattue officiellement.
      Si les algériens islamistes viennent infiltrer les sociétés occidentales pour les empêcher de fonctionner, les kabyles dhimmis les suivent comme des supplétifs, prêts à les épauler de loin comme des clercs. Moi, ils me dégoutent.
      Un kabyle né affranchi.
    •  
      Répondre à ce message




 
http://pointdebasculecanada.ca/spip.php?breve1600
folle
folle

Nombre de messages : 3379
Date d'inscription : 25/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum